La MRC de Témiscouata
Le vaccin AstraZeneca à nouveau disponible sans rendez-vous

cisss bsl pdg resize 1Rimouski – Le CISSS du Bas-Saint-Laurent annonce que les personnes de 55 à 79 ans qui souhaitent recevoir le vaccin AstraZeneca rapidement pourront profiter de cliniques sans rendez-vous dès demain. Voici le calendrier de ces cliniques :

 

Kamouraska, Centre municipal de St-Philippe-de-Néri

Mardi 20 avril 2021, 12h à 20h - 100 places

Rivière-du-Loup, Centre de vaccination (ancien Meubles Réal Levasseur)

Mardi 20 avril 2021, 12h à 20h - 100 places

Témiscouata, Église catholique St-Mathias

Mardi 20 avril 2021, 12h à 16h30 - 150 places

Mercredi 21 avril 2021, 8h à 20h - 170 places

Les Basques, Centre culturel de Trois-Pistoles

Jeudi 22 avril 2021, 12h à 19h30 - 100 places

Vendredi 23 avril 2021, 8h30 à 16h - 100 places

Rimouski, Centre de vaccination (local adjacent au BMR)

Mardi 20 avril 2021, 12h à 19h - 400 places

Mitis, Salle Les Alcyons

Mercredi 21 avril 2021, 8h à 19h - 250 places

Matane, Colisée Béton provincial

Mardi 20 avril 2021, 12h à 19h - 120 places

Matapédia, Centre récréoculturel

Mardi 20 avril 2021, 12h à 19h - 80 places

 

Il est à noter qu’il n’y aura aucune distribution de coupons. La vaccination sera possible tant et aussi longtemps qu’il restera des doses. Selon l’achalandage à chaque site, il pourrait y avoir quelques minutes d’attente. La carte d’assurance-maladie est également exigée pour ces cliniques sans rendez-vous.

 

À propos du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent est un établissement qui a pour mission de maintenir, améliorer et restaurer la santé et le bien-être de la population bas-laurentienne en rendant accessible un ensemble de services de santé et de services sociaux, intégrés et de qualité, contribuant ainsi au développement social et économique du Bas-Saint-Laurent. Avec un budget global de 800 M$, le CISSS emploie quelque 7850 employés, peut compter sur 568 médecins, dentistes et pharmaciens et des centaines de bénévoles qui ont à coeur les soins et services à la population ainsi que les valeurs de l’établissement, soit la collaboration, l’humanisation, l’engagement et la responsabilisation.

J'habite au Témiscouata - La carte interactive des logements disponibles

Logement AfficheTémiscouata-sur-le-Lac – Afin de faciliter l’établissement de nouveaux arrivants et le changement de logement pour les Témiscouatains, la MRC de Témiscouata, en collaboration avec Espace Campus et le Carrefour Jeunesse Emploi de Témiscouata, ont mis sur pied un nouvel outil numérique permettant d’afficher les logements disponibles à la location. Cette carte interactive permettra, par la même occasion, de centraliser les possibilités de location sur le territoire. Elle sera régulièrement actualisée par les propriétaires, ce qui permettra d’avoir un portrait en temps réel des logements vacants.

Vous êtes propriétaire?
Inscrivez gratuitement les informations de votre logement sur la plateforme. Il est possible d’afficher tout type d’habitation à louer, que ce soit un appartement, une maison ou encore une chambre. C’est l’occasion idéale de les mettre en valeur afin de trouver preneur pour juillet 2021.

Vous cherchez un endroit où habiter ?
Recherchez le logement qui vous convient en appliquant les filtres qui correspondent à vos besoins et à votre budget dans l’onglet : critères de recherche. Des logements sont déjà affichés sur la carte à l’heure actuelle.
Le lien vers la carte interactive est disponible sur le site web de la MRC de Témiscouata et celui d’Espace Campus.
Profitez de ce nouveau service à la population en accédant à la carte interactive ici : https://frama.link/logementtemis

MRC Temiscouata reguliercarrefourLogo EspaceCampus

S’abreuver de sciences

Affichesansprog PintedescienceRivière-du-Loup - Les 18, 19 et 20 mai, de 18 h à 19 h 30, aura lieu Pinte de science, un évènement de vulgarisation scientifique international. Pour l’occasion, trois CCTT de l’Est-du-Québec, soit le Centre de développement et de recherche en intelligence numérique du Cégep de Matane (CDRIN), le Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup (LLio) et le Centre de recherche en innovation sociale du Cégep de la Gaspésie et des Îles (CIRADD) s'allient et proposent une programmation conjointe en ligne.

Boire un verre en mode scientifique

Pinte de science a pour objectif de créer des ponts entre la population et le milieu de la recherche par l’entremise de présentations décontractées et accessibles pour tous. En 2019, au niveau mondial, des milliers de chercheur·euse·s à travers 400 villes et 24 pays ont partagé leurs résultats de recherche dans des bars, microbrasseries, cafés et espaces publics. Évidemment, avec la pandémie actuelle, l’édition 2021 se tiendra en format numérique lors d’un évènement Facebook en direct.

Biomatériaux, archéologie subaquatique et énergie solaire

À tour de rôle, étudiant·e·s, enseignant·e·s et chercheur·euse·s issu·e·s des collèges et des CCTT participants, viendront présenter un projet de recherche dans un effort de vulgarisation scientifique ludique d’une durée de 10 à 20 minutes, pour un total de 45 à 100 minutes par soir. Des sujets de recherche variés sont au programme, tels les biomatériaux produits par la valorisation des déchets post-consommation, l’évolution de l’énergie solaire et la photographie et photogrammétrie en archéologie subaquatique. Un événement sur trois soirées qui mettra en valeur les ressources naturelles régionales et les préoccupations environnementales d’actualités. La soirée du CDRIN s’annonce haute en couleur avec Denis Talbot comme coanimateur de la soirée, aux côtés de Yann Gonthier, chargé de projets et des communications au CDRIN. Consultez la programmation complète sur le blogue de l’évènement, au www.cdrin.com/blogue et manifestez votre intérêt à participer, directement sur l’évènement Facebook.

Défi OSEntreprendre : La MRC félicite les lauréats du Témiscouata!

MRC TémiscouataTémiscouata-sur-le-Lac - La MRC de Témiscouata félicite les lauréats locaux inscrits au volet création d’entreprise, du 23e Défi OSEntreprendre. Ceux-ci représenteront notre région lors de la finale régionale. Elle tient également à souligner la participation d’entreprises témiscouataines aux volets Réussite Inc. et Faire affaire ensemble. Ces entreprises courent la chance de participer au niveau national, si elles remportent un prix lors du gala régional du 23 avril.

Pour ce qui est du volet Création d’entreprise, les lauréats témiscouatains sont :

Catégorie Bioalimentaire : La « Distillerie Témiscouata » est une entreprise spécialisée dans la production d’acérum ; une eau-de-vie d’érable québécoise. Ce projet est né de la volonté de 25 entreprises acéricoles bas-laurentiennes, qui souhaitaient valoriser la production locale. Maintenant, plus de 40 actionnaires ont investi dans ce projet audacieux qui prend racine à Auclair, au Témiscouata. Les tests de production ont débuté en avril, ce qui porterait les premières bouteilles à la SAQ en Juin 2021.

Catégorie Service aux individus : La « Clinique orthophonique du Témiscouata » est la seule clinique d'orthophonie privée ayant pignon sur rue dans la région. Anne Caron, propriétaire et membre de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec, désire remédier à la rareté des services orthophoniques au Témiscouata. Elle offre un accès de proximité, rapide et plus fréquent à ces services aux enfants âgés de 0 à 5 ans ainsi qu’aux adultes présentant des défis au niveau du langage, de la parole et de la déglutition.

Pour les deux autres volets, le Témiscouata sera représenté par :

Réussite Inc. : « L’Hôtel Château Fraser » offre la modernité d’un hôtel-boutique et l’intimité d’une auberge de charme, en plus d’un cachet historique à la fois luxueux et artistique. Quatorze unités d’hébergement de styles différents, un salon-déjeuner invitant, des balcons et aires de détente extérieures. Il est situé au centre-ville, avec vue sur le parc national du Lac Témiscouata, offrant des forfaits conviant à la découverte des attraits régionaux. Venez y vivre, sans compromis... La Nature et la Vie de Château!

Faire affaire ensemble : « Amarante, épicerie écologique » a pour mission de rendre accessible à la population du Témiscouata et des alentours, des produits de qualité, sains et écologiques à des prix concurrentiels. L’épicerie offre un vaste choix de produits alimentaires, corporels et domestiques en vrac. Le café sert des breuvages chauds ou froids, ainsi que des menus santé végétariens, des desserts et des collations cuisinés sur place.

Faire affaire ensemble : « Ingeniex » oeuvre dans le domaine manufacturier et de services. Son objectif est de concevoir de nouvelles technologies et supporter les entreprises émergentes dans la conception de plans techniques (dessin industriel).

« Je félicite chaleureusement les entrepreneurs de chez nous, qui font preuve d’audace et de créativité! » souligne madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata. « Ce concours est une très belle vitrine pour les talents et les expertises de notre territoire. C’est une excellente opportunité pour les faire connaître ici et ailleurs au Québec, tout en apportant un grand rayonnement à l’ensemble de notre région! Nous souhaitons la meilleure des chances à tous nos lauréats! »

OSEntreprendre

9e édition de la Journée des familles à Packington remise à l’an prochain

cosmossPohénégamook – Le comité organisateur annonce avec déception l’annulation de la Journée des familles qui devait avoir lieu à Packington le 12 juin prochain. Cette décision s’impose d’elle-même compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Il nous est donc impossible de tenir un tel évènement à la hauteur de nos attentes. La santé de nos familles témiscouataines est trop importante pour nous.

L’an prochain, pour la 9e édition, nous travaillerons tous ensemble afin que cette journée soit mémorable.

Nous sommes impatients de pouvoir célébrer la journée des familles avec vous. C’est un rendez-vous pour la prochaine édition à Packington le 4 juin 2022!

Surveillez la programmation d’activités offerte au Témiscouata dans le cadre de la Semaine québécoise des familles, du 10 au 16 mai 2021.

À propos de COSMOSS

COSMOSS Témiscouata regroupe des organisations qui travaillent ensemble au développement du potentiel des enfants et des jeunes, de leur conception jusqu’à 30 ans. Cette démarche concertée s’appuie sur l’engagement volontaire des réseaux de la santé, du municipal, de l’éducation, de l’emploi, des services de garde et du milieu communautaire. Les partenaires COSMOSS travaillent sur 4 enjeux : une entrée scolaire réussie, le développement de saines habitudes de vie, la réussite scolaire et l’intégration socioprofessionnelle. COSMOSS est l’acronyme de Communauté ouverte et solidaire pour un monde outillé scolarisé et en santé.

 

12
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    4                                                                                                                                          3

Opération haute vitesse Canada-Québec : Les élus municipaux se réjouissent de l’entente avec Bell

TREMBSLBas-Saint-Laurent – Les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) saluent l’annonce faite hier par les deux paliers de gouvernement et Bell sur le branchement de 2 630 foyers de la région à un service Internet haute vitesse d’ici septembre 2022.

« Nous avions identifié le branchement de tous les foyers du Bas-Saint-Laurent à la haute vitesse comme une des trois priorités pour la relance économique régionale en juillet dernier. Si la couverture est excellente en général à l’est du territoire, les besoins dans les MRC de l’ouest sont particulièrement criants et cette annonce marque une première avancée concrète dans l’atteinte de cet objectif », rappelle Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

Pour assurer le suivi de ce dossier, les élu(e)s municipaux de la région ont formé un comité ad hoc auquel participent les ministères de l’Économie et de l’Innovation, de l’Énergie et des Ressources naturelles, ainsi que le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent. Guylaine Sirois, préfète de la MRC de Témiscouata, également de la TREMBSL, est membre de ce comité. « Cette annonce s’inscrit dans la stratégie globale dévoilée à la fin mars par les gouvernements du Québec et du Canada et qui prévoyait que des ententes de gré à gré allaient suivre avec les fournisseurs de service. Nous sommes satisfaits de voir des résultats aussi rapidement et sommes convaincus que des ententes avec d’autres fournisseurs pourraient être confirmées sous peu. J’en profite pour souligner la qualité exceptionnelle du travail de Mme Michelle Caron, chargée de projet pour notre MRC dans ce dossier, qui a joué un rôle central dans la recherche de solutions pour l’ouest du Bas-Saint-Laurent», souligne-t-elle.

Dans le cadre de ce projet de 28,9 millions de dollars, ce sont quatre municipalités de la MRC Les Basques, quatre également de la MRC de Rivière-du-Loup et dix communautés de la MRC de Témiscouata qui auront accès au service Internet Fibe de Bell. Le déploiement se fera progressivement d’ici septembre 2022. Saint-Éloi, dans la MRC Les Basques, est l’une des municipalités ciblées. « Nous accueillons cette annonce avec joie : tout le monde va bénéficier d’un service Internet amélioré, surtout dans les rangs. Aujourd’hui, avec l’augmentation du télétravail et du commerce électronique, nous avons besoin d’un service abordable et de qualité pour nous développer et attirer de jeunes familles au sein de notre communauté », explique Mario St-Louis, maire de l’endroit.

« Il s’agit d’une étape importante dans la mise à niveau des infrastructures de communication au Bas-Saint-Laurent, nécessaire à la réalisation de notre plein potentiel de développement. Nous suivrons le dossier du déploiement de l’Internet haute vitesse et les annonces à venir avec attention, en collaboration avec les ministères concernés. Nous considérons toutefois que le contexte entourant la signature d’ententes avec les grands fournisseurs de service de télécommunication devrait être propice pour bonifier l’accès à la téléphonie cellulaire qui demeure un enjeu majeur dans certaines parties de notre région », conclut Michel Lagacé.

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Améliorations apportées à la section sud du Parc linéaire interprovincial Petit Témis

Petit Témis MG 0008 MRC2015 velo MJDphoto 2Dégelis – La Corporation d’aménagement du lac Témiscouata et de la rivière Madawaska Inc. est heureuse d’informer les utilisateurs du Parc linéaire interprovincial Petit Témis que suite à des investissements majeurs qui ont été apportés pour la réfection de la surface de roulement du parc, on a été en mesure de rétablir la sécurité et la qualité de l’expérience vélo. La réussite de ce projet d’envergure a été possible grâce à la participation financière du gouvernement du Québec et autres partenaires financiers qui ont cru à son accomplissement.

Malgré un entretien régulier et rigoureux, il apparaissait nécessaire d’accomplir d’importants travaux de mise à niveau afin de favoriser l’activité de plein air au Québec en toute sécurité.

Le tracé du Parc linéaire interprovincial Petit Témis d’une longueur de 43 kilomètres, à partir de la Route 232 à Témiscouata-sur-le-Lac, secteur Cabano jusqu’à la frontière du Québec à Ville Dégelis, permet de pratiquer l’activité du vélo tout en appréciant la beauté des paysages que l’on peut découvrir tout au long de son tracé.

Malgré la pandémie qui sévit toujours en ce moment, il est à noter que le parc linéaire sera ouvert au public à partir du 15 mai prochain. Nous vous invitons à vous informer des consignes sanitaires mises en place par la Santé publique afin de les respecter au moment de votre randonnée.

 

Petit Témis

 

Crédit photo : Marie-Josée Dubé 

Pour propulser la culture au Témiscouata Desjardins affichera ses couleurs au BeauLieu Culturel

Logo campagneTémiscouata-sur-le-Lac – Le BeauLieu Culturel du Témiscouata (BLCT) est heureux d’annoncer son association avec le mouvement Desjardins pour propulser la culture au Témiscouata. Pour afficher fièrement ce nouveau partenariat, la salle de spectacle du BLCT portera donc désormais le nom de la Salle Desjardins du BeauLieu Culturel.

« Le BeauLieu Culturel du Témiscouata se réjouit de joindre ses forces avec Desjardins pour favoriser le rayonnement de la culture au Témiscouata. Le BeauLieu pouvait déjà compter sur l’appui de Desjardins depuis plusieurs années grâce à son support aux artistes en arts visuels et nous sommes inspirés par le potentiel d’étendre cette collaboration à de nouveaux projets. C’est une très bonne nouvelle pour nos deux organisations », affirme Pascale Mailloux, la présidente du conseil d’administration du BLCT.

Grâce à cet engagement de Desjardins et à leur désir de soutenir la relève, une nouvelle série de spectacles voit également le jour pour augmenter la place des artistes régionaux dans la programmation du BLCT. C’est l’auteure-compositrice-interprète Témilacoise Hélène Beaulieu qui sera la première invitée de cette nouvelle série avec un spectacle le 17 avril prochain à 19 h.

Pour l’organisme, l’annonce de ce nouveau partenariat représente également une très belle occasion pour lancer officiellement sa campagne de financement sous le thème « MA PLACE AU BEAULIEU » qui vise à récolter 300 000 $ sur une période de trois ans.

« L’implication des Caisses Desjardins du Témiscouata dans la campagne de financement du BeauLieu Culturel permet de contribuer à des projets pour préparer la relève artistique, de favoriser la créativité et surtout, de diffuser le travail des artistes témiscouatains et québécois. Desjardins démontre ainsi, encore une fois, son ancrage dans le milieu et sa proximité avec ses membres », souligne Donald Beaulieu, président du comité coopération de la Caisse Desjardins Transcontinental-Portage.

En faire trois fois plus pour les gens d’ici

Pour la réalisation de cette campagne, le BeauLieu pourra bénéficier à nouveau d’un levier important. Grâce au programme Mécénat Placement Culture du ministère de la Culture et des Communications, la somme annuelle récoltée pourrait être bonifiée à 300 %. Ce qui signifie que pour chaque dollar contribué à la campagne, le programme pourrait en déposer 3$. Ce qui est très important pour la mission future de l’organisation. Une partie importante de cette somme sera ensuite investie dans le « Fonds des amis du BeauLieu », enregistré à la Fondation Québec Philanthrope.

Grâce à cette campagne, le BLCT souhaite pousser encore plus loin l’accomplissement de sa mission afin de :

Produire et supporter des productions artistiques régionales ;

Éveiller la curiosité artistique chez les jeunes ;

Permettre l’accessibilité à la culture Témiscouataine en décentralisant nos activités ;

Encourager le partage des connaissances et des expériences qui ont façonné le Témiscouata.

Une campagne corporative, un envoi postal, un encan d’œuvres d’art et un encan virtuel seront les éléments principaux de la campagne au cours des prochains mois. L’ensemble des activités vous sera dévoilé au cours des prochaines semaines. Pour la culture d’ici, le BeauLieu Culturel du Témiscouata invite toute la population à contribuer généreusement à « MA PLACE AU BEAULIEU ». Il est possible de contribuer dès maintenant à cette campagne au www.blct.ca dans la section « Faire un don ».

Pour informations : 418-899-2528 # 301 ou à direction@blct.ca

 

Accélération de la vaccination au Bas-Saint-Laurent

TREMBSLBas-Saint-Laurent – Les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) saluent la décision du gouvernement du Québec d’acheminer des doses supplémentaires de vaccins contre la COVID-19 dans la région.

« Avec cette annonce, le gouvernement reconnaît la situation critique dans laquelle nous nous trouvons depuis l’arrivée des variants dans notre région. Il répond ainsi favorablement à une demande formulée par les élus au cours des dernières heures », souligne Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup et membre de la TREMBSL.

Le Bas-Saint-Laurent se situe actuellement au troisième rang en ce qui concerne le nombre de cas par 100 000 habitants, après Montréal et Laval. « Lorsque le gouvernement a choisi d’intensifier la vaccination dans la région métropolitaine, les élus municipaux de la région ont appuyé cette stratégie, considérant qu’il s’agissait de l’épicentre de l’épidémie tandis que nous avions peu de cas ici. Or, la situation est fort différente aujourd’hui et nous avons besoin de l’appui du gouvernement pour la redresser », rappelle Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska et membre de la Table.

« Il faut circonscrire l’épidémie qui épargne pour l’instant les MRC plus à l’est de notre territoire. Il est donc important que la population respecte plus que jamais les mesures sanitaires et limite les contacts et les déplacements non essentiels », insiste Jérôme Landry, le maire de Matane qui siège également à la TREMBSL. « J’invite les gens à faire preuve de prudence, considérant la propagation fulgurante de ce variant. C’est la santé de nos familles et de nos proches qui est en jeu », prévient-il.

« Pâques arrive et nous serons tous nostalgiques des rencontres familiales qui caractérisent cette période. Mais il s’agit d’un moment charnière pour notre région qui est confrontée à une contamination communautaire sans précédent. Il importe donc que chacun et chacune d’entre nous contribuent à freiner la propagation de ce virus en renonçant pour cette année aux rencontres familiales. De plus, nous invitons toutes les personnes qui le désirent et qui sont dans les tranches âges admissibles à consulter régulièrement le site clicsante.ca ou à communiquer par téléphone au 1 877 644-4545 pour réserver leur place dans les centres de vaccination. Enfin, rappelons que toutes les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 doivent se faire tester et observer la période de quarantaine lorsque cela s’avère nécessaire », conclut Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la Table.

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Budget provincial 2021-2022 : De bonnes nouvelles pour les municipalités de la région

TREMBSLBas-Saint-Laurent – Les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) accueillent favorablement le budget déposé par le ministre des finances du Québec, M. Éric Girard, jeudi dernier.

« Les élus estiment que le gouvernement prend la bonne décision en reportant le retour à l’équilibre budgétaire sur plus de cinq ans dans le contexte actuel. Et les réinvestissements en santé, en éducation et pour la relance économique répondent à des besoins criants engendrés par la pandémie », souligne Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

Il faut dire que la semaine a été faste pour les instances municipales, avant même que le budget ne soit déposé. « Ça a commencé fort avec l’annonce conjointe des gouvernements provincial et fédéral lundi sur l’accélération du déploiement de l’Internet haute vitesse au Québec », se réjouit Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata et membre de la TREMBSL. « Dans notre région, ce sont 9 586 foyers supplémentaires qui seront branchés d’ici septembre 2022, pour un investissement de 64 millions de dollars. Et c’est du solide, cette fois, puisque les engagements avec les fournisseurs sont déjà signés », rappelle-t-elle.

Les bonnes nouvelles se sont poursuivies le lendemain, avec l’annonce d’un financement de 80 M$ pour les MRC du Québec. « À cela s’ajoute 15 millions de dollars pour les aéroports régionaux et cinq millions pour les organismes municipaux propriétaires des aéroports locaux afin de compenser les pertes causées par la pandémie », explique Bruno Paradis, préfet de La Mitis et membre du comité exécutif de la Table.

De son côté, le maire de Rimouski, Marc Parent, également membre de la TREMBSL, salue le soutien à l’industrie touristique : « Le gouvernement annonce des investissements de près de 205 millions de dollars sur cinq ans, dont 48,9 millions pour le tourisme de nature et d’aventure, un secteur particulièrement dynamique dans notre région », souligne-t-il.

« À cela s’ajoute 40 millions de dollars pour appuyer la réalisation des projets prioritaires de relance économique dans les régions, dont notre projet d’augmentation de l’autonomie alimentaire. Nous aurions évidemment souhaité voir l’intégration de l’autoroute 20 au Plan québécois des infrastructures, un engagement plus concret sur le déploiement de la stratégie maritime pour soutenir nos ports régionaux et une bonification du programme provincial-fédéral sur les infrastructures récréatives et sportives. Mais nous savons que ce n’est que partie remise et comprenons que la situation actuelle exerce une pression importante sur les finances publiques. Nous avons d’ailleurs transmis notre appréciation du budget directement à la ministre responsable de la région, Mme Marie-Eve Proulx, lors de notre rencontre mensuelle avec elle, vendredi dernier », conclut M. Lagacé.

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Sur la route des fablabs de l’est

visuel carte bsl pleinRivière-du-Loup - Un réseau d’échange et de partage d’expertises à l’échelle du Bas-Saint-Laurent se développe entre les fablab, médialab et makerspace de l’Est-du-Québec. Les intervenant·e·s impliqué·e·s ont déjà tenu deux rencontres jusqu’à présent.

Les fablabs : un modèle d’innovation ouverte

Les fablabs sont des laboratoires d’exploration, de prototypage et de fabrication numérique, semblables à des bibliothèques d’outils. Ces lieux sont basés sur une philosophie de partage de savoir-faire, de cocréation, de collaboration et nourrissent leur expertise de l’intelligence collective des membres en place.

Un réseau qui s’organise

Sont impliqués dans ce réseau Martin Bérubé (conseiller pédagogique) de l’Espace créatif de la Bibliothèque François-Hertel du Cégep de La Pocatière, pensé comme une vitrine numérique, François Truchon (fabmanager) du fablab Matane fort en robotique, situé dans le Cégep de Matane, Jérôme-Frédéric Bouchard (fabmanager), Robin Gaillazeau (stagiaire), Rachel Berthiaume (coordonnatrice), tous trois du Fabbulle du Cégep de Rivière-du-Loup, le premier du Bas-Saint-Laurent, Brice Boulangeot, citoyen impliqué dans le développement d’un fablab à Saint-Valérien, Marc Lepage citoyen investi dans l’élaboration d’un makerspace à Rimouski, qui mise sur l’usage d'outils traditionnels, plutôt que numériques, Anacha Rousseau, de la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac, en réflexion sur l’implantation d’un médialab ou d’un fablab à la bibliothèque municipale et Sylvie Michaud, bibliothécaire responsable du projet de médialab à venir à la Bibliothèque Françoise-Bédard, de la Ville de Rivière-du-Loup. Ils ont pu ainsi apprendre à se connaitre, découvrir leurs différents projets actifs, ou en développement, et s’entraider au sujet de leurs enjeux respectifs.

Ce fût l’occasion également d’échanger au sujet de Fab16; congrès international des fablabs, qui aura lieu du 9 au 15 août 2021 à Montréal, sous le thème #Fabriquer les Communs. Toutefois, en raison de la pandémie actuelle, l’organisation de l’événement souhaite qu’une version distribuée à l’échelle de la planète puisse être organisée dans les fablabs qui le désirent. Ainsi, l’idéation autour de l 'organisation d’une version bas-laurentienne est en cours.

Les personnes actuellement engagées dans un projet de fablab au Bas-Saint-Laurent peuvent se joindre au collectif. Contactez le info@llio.quebec pour obtenir les informations nécessaires. Pour ensavoir plus sur les activités et les services du Fabbulle du Cégep de Rivière-du-Loup, rendez-vous sur son site web.

À propos

Le Fabbulle est le laboratoire de fabrication numérique (fablab), créé en 2016 par le Living lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup. Il est membre de la coopérative de solidarité Fab labs Québec, du réseau international des Fab Labs, qui compte plus de 2000 Fab Labs répartis dans plus de 126 pays et est partenaire du projet de recherche FabRégion Bas-Saint-Laurent; première FabRégion dans le monde et au Canada. C'est un espace ouvert, équipé de machines à commande numérique permettant de réaliser des objets, des projets et de faire avancer des idées. Il repose sur des mécanismes d’échanges, de coopération, d’interdisciplinarité, d’apprentissage par la pratique, du «Fais-le avec les autres » et des pratiques innovantes ascendantes et communautaires. L’ouverture facilite les rencontres et le développement de méthodes innovantes par le croisement des compétences. Le but de ce projet est de promouvoir un esprit de partage de connaissances tout en permettant à la communauté collégiale, louperivoise et plus d'explorer ses capacités créatives.

FabRégion Bas-Saint-Laurent : une mobilisation pour l’accélération de l’autonomie régionale

fabregion visuels groupe carteRivière-du-Loup - Au lendemain de la première rencontre publique FabRégion Bas-Saint-Laurent, un vif intérêt relatif aux perspectives et enjeux de l’autonomie régionale est confirmé. Plus de 100 personnes en provenance des huit MRC du Bas-Saint-Laurent, mais également du Québec, du Nouveau-Brunswick et de la France, se sont mobilisées pour assister à l'événement en ligne, partagé en direct sur Facebook.

Perspectives d’autonomie régionale

Après une brève présentation des tenants et aboutissants du projet, par Steve Joncoux, chargé de projet FabRégion Bas-Saint-Laurent, les intervenant·e·s intersectoriel·le·s des trois piliers concernés ont présenté tour à tour un état des lieux en matière d’autonomie dans leur secteur. Mylène Blanchette, membre du comité de pilotage issue de la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent, a décrit les trois principales démarches en cours pour accélérer l’autonomie alimentaire : le plan régional de développement bioalimentaire 2020-2025 (PRDB), le plan de relance économique du Collectif Régional de Développement du Bas-Saint-Laurent et FabRégion Bas-Saint-Laurent. « Pour nourrir le Bas-Saint-Laurent, on doit connaître le Bas-Saint-Laurent. FabRégion permettra de mettre en place un premier portrait de l’autonomie alimentaire et un répertoire des initiatives sur le territoire qui sera ventilé par MRC et arrimé au PRDB », a précisé cette dernière.

Patrick Morin, membre du comité de pilotage et directeur adjoint au CREBSL est revenu sur les résultats du diagnostic énergétique régional, obtenu lors de la démarche « Par notre PROPRE énergie », qui démontre que 56 % de la consommation générale est brûlé seulement en transport des individus. La mobilité durable, via le transport collectif, l’autopartage, le transport actif, le covoiturage et l’électrification du transport individuel et collectif sont donc à envisager pour réduire la consommation énergétique en pétrole.

« L’évaluation de l’autonomie régionale dans le secteur manufacturier est beaucoup moins avancée », explique Émilie Dupont, coordonnatrice de la démarche d’économie circulaire du Kamouraska, à la SADC du Kamouraska, et membre du comité de pilotage FabRégion.

La notion de capacité productive sera ainsi au centre de la portion qualitative du portrait réalisédans le cadre du projet de recherche appliquée FabRégion Bas-Saint-Laurent. L’intérêt est de retracer ce que les entreprises peuvent produire à l’aide de leurs installations et d'optimiser ces possibilités pour produire différemment, dans une philosophie d'éco-conception et de durabilité des composantes.

Poursuivre collectivement la transition

Plusieurs enjeux relatifs à la capacité d’atteindre l’autonomie régionale et à opérer la transition avec l’ensemble de la communauté sont ressortis à la période de questions. Un citoyen suggérait notamment d’ouvrir la recherche au recensement des initiatives résidentielles pour obtenir un portrait quantitatif plus ancré dans les habitudes de consommation régionale; qui n’est pas seulement liée aux activités commerciales. Des enjeux de solidarité, d’inclusion et d’accessibilité sociale ont aussi été nommés. Des questions géopolitiques sur l'aménagement du territoire ainsi que des craintes quant au dédoublement de certains mandats du milieu ont émergées. L’ensemble des questionnements émis durant cette soirée seront considérés par le comité de pilotage et relayés sur le groupe Facebook FabRégion Bas-Saint-Laurent, afin d’alimenter le débat et de fabriquer les possibles.

À propos

Le projet de recherche FabRégion, financé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), est coordonné par le Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup. Le projet est intimement lié au réseau international de villes et régions FabCity. L’objectif est d’atteindre au moins 50 % d’autonomie locale de ce que le Bas-Saint-Laurent consomme dans les secteurs de la production alimentaire, énergétique et des biens manufacturés d’ici 2054. FabRégion est porté par un collectif de partenaires comprenant le fablab Fabbulle du Cégep de Rivière-du-Loup, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREM), Rimouski en transition, la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBBSL), la Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska (SADC), Économie sociale du Bas-Saint-Laurent, le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRD), le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) et des membres de la communauté citoyenne, dont l’artiste et réalisateur Hugo Latulippe.

Maintien en zone orange : Les élu(e)s municipaux souhaitent des précisions

TREMBSLBas-Saint-Laurent – Comme la plupart de leurs concitoyens et concitoyennes, les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) ont appris hier le maintien de la région en zone orange, alors que des régions voisines, affichant une situation épidémiologique apparemment comparable, passaient au jaune.

« Depuis le début de la pandémie, nous tenons des rencontres minimalement aux deux semaines avec la présidente-directrice générale du CISSSBSL, madame Isabelle Malo, pour discuter de l’évolution de la pandémie dans notre région. L’information que nous recevons sur le nombre de cas, les éclosions en cours, les capacités hospitalières, les besoins d’arrimage avec le monde municipal et l’évolution de la vaccination est excellente, pertinente et à jour », souligne Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL. « Malheureusement, malgré la qualité exceptionnelle de ces échanges, nous manquons aujourd’hui d’informations claires pour comprendre la décision de la Santé publique nationale de nous maintenir en zone orange », déplore-t-il.

Il devient de plus en plus difficile de s’y retrouver avec un système d’alerte qui réfère à des critères en constante redéfinition. « Nous avons toujours exprimé le souhait d’avoir des indicateurs pour orienter notre population sur les objectifs à rencontrer, tout en reconnaissant le caractère exceptionnel de la situation », ajoute Pierre D’Amours, maire d’Amqui et vice-président de la Table.

Or, ces critères existent bel et bien. Le Dr Arruda en a mentionné plusieurs en conférence de presse hier : le nombre de cas, d’hospitalisation, de décès, le vecteur de transmission, le pourcentage de variants détectés et la capacité de traçage des cas. À une question précise d’un journaliste sur la situation du Bas-Saint-Laurent, le directeur national de la Santé publique ajoutait que les modalités de passage à une zone d’alerte plus basse avaient été rehaussés à cause de la présence potentielle de variants et qu’il fallait plus de stabilité dans les chiffres. « Cela dit, au niveau régional, nous souhaitons connaître les seuils établis et qu’on nous explique en quoi le Bas-Saint-Laurent n’y répond pas, avant que les décisions ne soient annoncées. Cela nous permettra de mieux informer la population qui ne demande qu’à comprendre comment elle peut améliorer davantage son bilan. Par ailleurs, si nous rencontrons les exigences, nous espérons que le gouvernement autorisera rapidement les allègements qui reflètent la réalité de notre situation », souligne M. D’Amours.

Les membres de la TREMBSL adhèrent au principe de prudence, continuent à travailler de concert avec la Santé publique et invitent la population à respecter les mesures de prévention. « Certains variants sont beaucoup plus contagieux et ils causent des ravages en Europe, mais aussi plus près de nous. L’Ontario est actuellement confronté à une remontée importante des cas. Nous ne sommes pas à l’abri et il faut à tout prix éviter une nouvelle vague », analyse Bruno Paradis, préfet de La Mitis et membre de l’exécutif. « Il devient toutefois difficile de cerner ce qui distingue les zones rouges des zones orange, alors que les allègements se multiplient dans les premières et qu’ils plafonnent dans les secondes. Ainsi, l’heure du couvre-feu et l’accès aux salles de spectacle seront les mêmes dans les deux cas. Bien que nous ayons très peu de cas, qu’est-ce qui nous distingue vraiment de l’épicentre de la pandémie à ce moment-là ? », s’interroge-t-il.

« Nous comprenons bien que la volonté de tous les intervenants est d’alléger les mesures de confinement après une longue année de lutte contre la COVID-19 et saluons l’annonce de la reprise des classes à temps plein pour les élèves des secondaires 3, 4 et 5 en zone orange qui en témoigne », ajoute Rénald Bernier, maire de Saint-Pascal et également membre de l’exécutif de la Table. « Nous reconnaissons aussi l’importance d’assouplir les mesures de confinement dans les zones rouges dont les populations ont particulièrement été affligées par ce fléau. »

Michel Lagacé est très conscient de l’effet de la nouvelle sur la population : « Nous aspirons, comme toute la population du Québec, à retrouver notre vie sociale, nos amis et nos familles élargies le plus rapidement possible. La meilleure façon d’y parvenir demeure de poursuivre nos efforts pour limiter la propagation de la maladie, démontrer que nous rencontrons les critères de passage à une zone jaune, qui devront cependant être précisés par la Santé publique, et participer massivement à la campagne de vaccination qui doit se déployer de façon efficace et équitable dans l’ensemble des régions du Québec », conclut Michel Lagacé.

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Exposition banderoles en période de pandémie

AATL’association des Arts du Témiscouata vous invite à son exposition dans le cadre du projet banderoles en temps de pandémie.

L’exposition itinérante offerte dans toutes les municipalités, débute son parcours à la bibliothèque de Dégelis, au 384, rue Principale, (voisine de l’église) le mardi 16 mars et ce, jusqu’au 30 mars 2021.Vous pourrez voir les 23 banderoles produites par les artisanes du Témiscouata selon l’horaire régulier de la bibliothèque.

    

Mardi de 14 h 00 à 16 h 00

     Mercredi de 16 h 00 à 17 h 30

     Jeudi de 14 h 00 à 16 h 00

Samedi de 9 h 30 à 11 h 30

Ce projet consistait à produire une banderole, tricotée à la broche ou au crochet et composée de 6 rectangles mesurant 8¨x 10¨ aux couleurs de l’arc-en-ciel que chacune devait faire d’une manière individuelle étant donné la COVID 19. Chaque unité était ensuite recueillie par la responsable d’équipe pour l’assemblage de cette œuvre collective.

Ce projet fut initié en partenariat avec la MRC de Témiscouata, le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la caisse Desjardins des Lacs de Témiscouata.

Il a été offert aux personnes âgées de toutes les municipalités de la MRC de Témiscouata, et elles ont répondu par l’affirmative sans exception.

Les objectifs visés étaient de briser l’isolement, de favoriser l’implication sociale, de contribuer à l’épanouissement de chacun à travers un projet d’art collectif, et aussi d’encourager la transmission des savoirs au niveau de la jeune génération.

En raison de la COVID 19, la visite se fera dans le respect des consignes de la santé publique.

 

image00014

« J’ai trouvé ma place dans l’bois » Xavier Bolduc, jeune participant au Projet d’expérimentation de nouveaux modes de rémunération pour les travailleurs forestiers

Xavier Bolduc projet emploi forestier CRDBSLLa Table sectorielle de concertation en aménagement forestier (TSCAF) du Bas-Saint-Laurent dresse un bilan positif de sa première année de mise en œuvre du Projet d’expérimentation de nouveaux modes de rémunération des ouvriers forestiers. Plus de 80 travailleurs sont engagés dans cette initiative unique au Québec, notamment 11 jeunes qui découvrent les métiers liés à l’aménagement forestier. Cette expérience novatrice est rendue possible grâce à la participation financière du gouvernement du Québec.

C’est le cas de Xavier Bolduc, inscrit au projet dans la catégorie des ouvriers débutants, qui indique avoir trouvé le métier de ses rêves. « L’expérience nous assure que durant 3 ans, on est payé à l’heure et non à forfait. Ça nous permet d’apprendre sans le stress du rendement, puis de découvrir tous les aspects du métier que j’adore! On donne une possibilité à nos arbres de grandir, puis d’un terrain à l’autre, c’est toujours différent. On est formé sur le terrain, donc on apprend rapidement. Moi j’ai trouvé ma place et c’est dans le bois », explique-t-il avec enthousiasme dans une vidéo actuellement diffusée sur des réseaux sociaux.

Écouter le témoignage de Xavier Bolduc

De la découverte d’un métier à la reconnaissance des acquis

La participation de ce jeune travailleur répond ainsi à l’un des objectifs du projet qui consiste à assurer une relève de la main-d’œuvre en aménagement forestier. Ce bilan de première année indique également la satisfaction d’un nombre important de travailleurs expérimentés à l’égard des conditions offertes et des modes de rémunération proposés qui reconnaissent les années d’expérience. Trois formules de rémunération sont en effet expérimentées : ouvriers débutants (rémunération à taux horaire), ouvriers expérimentés (rémunération mixte composée d’une base salariale garantie et d’une prime au rendement), ouvriers vétérans (rémunération à taux horaire établie selon un historique de production du travailleur). S’ajoutent des avantages sociaux, notamment la contribution à un REER et l’accès à des congés mobiles facilitant la conciliation travail-famille.

Inscription encore possible

Des places sont disponibles pour les personnes intéressées à participer au projet dès ce printemps. Il s’agit de soumettre sa candidature au crdbsl.org/foret ou de communiquer directement auprès des employeurs suivants : Groupement forestier du Grand-Portage (418 495-2054), Groupement forestier de Témiscouata (418 899-6673), Groupement forestier Métis-Neigette (418 798-8851) et la Société d’exploitation des ressources de la Vallée (418 562-4172). Les mesures de distanciation physique, recommandées par la Direction de la santé publique, sont respectées.

Coordonné par le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent, le projet d’expérimentation de nouveaux modes de rémunération est en cours jusqu’à la fin de l’année 2022. Il s’accompagne d’un processus d’évaluation rigoureux visant à développer des conditions de travail durables aux travailleurs forestiers.

Hommage aux victimes de la COVID-19 : Les élu(e)s municipaux joignent leur voix au mouvement national

TREMBSLBas-Saint-Laurent – À l’instar du gouvernement et de toute la population du Québec, les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) expriment leurs plus sincères condoléances aux familles et aux proches des personnes qui ont été malheureusement emportées par cette terrible pandémie.

« Nos premières pensées vont naturellement aux 30 familles de la région qui ont perdu une personne aimée au cours de la dernière année à cause de ce virus. Et nous n’oublierons jamais que ce sont plus de 10 000 familles qui ont été endeuillées à l’échelle du Québec. Nous offrons à toutes les personnes touchées par la perte d’un être cher nos sincères condoléances », a déclaré Michel Lagacé, président de la TREMBSL et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup. « Les drapeaux seront en bernes dans la plupart des municipalités du Bas-Saint-Laurent pour leur rendre hommage en ce jour de commémoration nationale », souligne-t-il.

Bien que la région affiche un bilan relativement enviable, les membres de la TREMBSL tiennent à rappeler l’impact de ce fléau sur l’ensemble de la communauté. « Nous avons tous vécu les différentes phases de confinement et les changements importants qu’elles ont entraîné dans nos vies : l’effritement de notre vie familiale, sociale et communautaire, les bouleversements dans nos façons de travailler et les défis de maintenir notre vitalité économique malgré la fermeture de nos commerces et les pertes d’emploi », déplore Pierre D’Amours, vice-président de la Table et maire d’Amqui. « Pensons également aux plus de 1 500 personnes qui ont contracté la maladie et à l’angoisse que cela a suscité chez elles et leurs proches », poursuit-il.

De son côté, Francis St-Pierre, préfet de la MRC Rimouski-Neigette et membre de la TREMBSL, se fait le porte-parole des membres pour souligner la contribution du personnel médical et des services essentiels dans cette mobilisation sans précédent. « La maladie a durement frappé le personnel du réseau de la santé et des services sociaux, tout comme celui du monde communautaire, à tous les niveaux. Qu’il s’agisse des médecins, du personnel infirmier, des préposés aux bénéficiaires ou à l’entretien, cadres comme syndiqués, bénévoles ou rémunérés, ils ont tous redoublé d’effort pour endiguer cette pandémie », rappelle-t-il. « Pensons également à toutes les personnes qui, malgré les risques de contamination, ont poursuivi leur travail sans relâche dans les services essentiels : marchés d’alimentation, dépanneurs, garages, usines et autres services et entreprises sans lesquels ils nous auraient été impossible de continuer à fonctionner. Nous leur levons notre chapeau et saluons leur professionnalisme qui a largement contribué à contenir la propagation ».

Michel Lagacé demande aux Bas-Laurentiens et Bas-Laurentiennes de maintenir la mobilisation. « Aujourd’hui, en ce jour de commémoration, nous honorons nos disparus et saluons la contribution de l’ensemble de la population bas-laurentienne et québécoise dans la lutte à la pandémie. Ensemble, assurons-nous que ces sacrifices n’aient pas été vains. Poursuivons nos efforts en respectant scrupuleusement les mesures de prévention sanitaire jusqu’à ce que la vaccination nous ramène à des jours plus heureux », conclut-il.

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Accès à la culture et valorisation de la lecture et de l’écriture : La MRC de Témiscouata lance deux appels de projets

MRC Temiscouata regulierGrâce au soutien financier du ministère de la Culture et des Communications du Québec, la MRC de Témiscouata est heureuse de procéder au lancement de deux appels de projets. Ces appels répondent à deux orientations du plan d’action régional en matière de développement culturel, visant à faciliter l’accès à la culture et à valoriser la lecture et l’écriture.

Accès à la culture

Cet appel de projet s'adresse aux organismes culturels, communautaires ou autres partenaires souhaitant faciliter l'accès et la participation de la population à la vie culturelle. L’objectif est de favoriser l’accessibilité, la fréquentation des citoyens aux arts, à la culture et au patrimoine et ce, quelles que soient leurs conditions sociales et économiques.

Valorisation de la lecture et de l’écriture

Cet appel de projet vise les gestionnaires des bibliothèques municipales du Témiscouata, ainsi que tous les organismes à but non lucratif et les partenaires communautaires désirant développer un projet mettant en valeur la lecture et l’écriture. Le but de cet appel est de soutenir des projets permettant de favoriser l’accès à la littérature, d’accroitre le rayonnement des bibliothèques et de stimuler l’intérêt de la population envers la lecture et l’écriture.

Dépôt d’une demande

La date limite pour déposer une demande de soutien financier est fixée au 30 avril 2021. À noter qu’exceptionnellement cette année, une seconde période de dépôt de projets sera ouverte à l’automne.

Les documents sont disponibles sur le site : http://culturetemiscouata.ca/actualites-culturelles/appels-de-projets dans la section « actualités culturelles ».

Pour de plus amples informations ou pour déposer une demande, veuillez communiquer avec Simon Bossé, conseiller en développement-ruralité et économie sociale à la MRC de Témiscouata, à l’adresse sbosse@mrctemis.ca ou au 418-899-6725 poste 4435.

Annulation de la 14ième Édition du Brunch-Mérite Pro-Jeunes du Transcontinental

Comté pro jeunesLe comité Pro-Jeunes tient à vous annoncer que la 14e édition du brunch n'aura malheureusement pas lieu cette année.

Bien que l'on trouve très important de souligner l'implication et les efforts de nos jeunes, la situation sanitaire actuelle nous empêche de réaliser l'évènement.

Nous tenons tout de même à vous dire BRAVO! Bravo pour votre courage, votre résilience et votre ténacité! La dernière année n'a certainement pas été facile. Vous avez eu à vous adapter à diverses situations et à plusieurs changements. Vous avez dû travailler différemment pour atteindre vos buts, mais tout en étant aussi forts.

BRAVO ! La persévérance vous mènera loin!

Nous reviendrons en force! À l'an prochain!

Randonnée en raquettes!

centre femmesSaint-Louis-du-Ha! Ha! - Le Centre des Femmes du Témiscouata vous invite à une sortie plein air, une randonnée de raquettes lundi 22 mars au Centre de Plein air familial Richelieu de Témiscouata-sur-le-Lac. Toutes les femmes sont invitées dès 13 h30 au 69, Route des Érables, quartier Cabano. Une belle occasion de se rencontrer en toute sécurité et prendre soin de sa santé! Des raquettes seront disponibles sur places au besoin. Possibilité de co-voiturage à partir de Saint-Louis-du Ha! Ha! et Cabano. L’activité est  gratuite. Inscription obligatoire, les places sont limitées: 418-854-2399

* Les mesures sanitaires et la distanciation seront respectées.

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

Affiche Rando raquettes 22 mars 2021

Des emplois disponibles dans un milieu de vie unique pour y travailler et y vivre! Inscrivez-vous maintenant!

logo companyRimouski – Le marché du travail du Bas-Saint-Laurent est très dynamique, affichant un taux de chômage de 5,8 % en janvier 2021. Pour poursuivre son essor, la région a besoin de nouveaux talents. Des travailleurs qualifiés sont notamment recherchés dans les domaines de l’éducation, de la santé et des services sociaux, de la construction, dans plusieurs entreprises manufacturières et dans l’industrie touristique.

Inscrivez-vous dès maintenant et gratuitement au salon virtuel « Le Bas-SaintLaurent : en action pour l’emploi! » au www.bslactionemploi.quebec, et préparez-vous à profiter d’un milieu de vie unique entre fleuve et montagnes!

Lors de ce salon, qui se tiendra du 23 au 27 mars 2021, vous pourrez visiter les kiosques des employeurs, clavarder avec les exposants (les 23 et 24 mars, entre 9 h et 19 h) consulter les offres d’emploi en fonction de votre profil et postuler à celles qui vous intéressent, et assister à des conférences. L’événement est réservé aux personnes résidant au Québec ou au Canada ou ayant un permis ou un visa de travail valide pour y travailler.

Plus de 190 employeurs vous accueilleront. Le salon virtuel comportera un kiosque d’information régional et huit pavillons locaux, vous permettant d’explorer la région et toutes ses possibilités.

Ce salon virtuel est rendu possible grâce à la participation financière du gouvernement du Québec. Il est le fruit d’une collaboration du Collectif régional de développement du BasSaint-Laurent et de quelque 55 partenaires locaux, tels que : centres de service scolaires, cégeps, chambres de commerce, centres locaux de développement, corporations de développement communautaire, sociétés d’aide au développement de la collectivité, MRC, Place aux jeunes, services d’accueil des nouveaux arrivants et plusieurs organismes en développement de l’employabilité.

La téléphonie cellulaire au Témiscouata, un service aussi essentiel que l’accès à Internet haute vitesse

Guylaine Sirois préfet élue au suffrage universel MRC de TémiscouataTémiscouata-sur-le-Lac – Le gouvernement provincial a réitéré son engagement visant à brancher les 280 000 foyers québécois qui n’ont pas accès à Internet haute vitesse d’ici la fin de l’année 2022. Dans la région du KRTB, ce sont 11 000 foyers qui sont actuellement en attente, soit 44% de toutes les résidences du Témiscouata, 41 % de celles des Basques, 17 % pour le Kamouraska et 15 % dans la MRC de Rivière-du-Loup.

« Nous entendons le message du gouvernement provincial et nous sommes confiants que très bientôt des annonces seront faites pour le KRTB », mentionne madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata. « La technologie utilisée devrait être celle d’un réseau de fibres optiques, une solution fiable et durable. Il s’agit de la meilleure solution et nous méritons ce qu’il y a de mieux pour notre région après tant d’attente. Par contre, la téléphonie cellulaire est un enjeu tout aussi important pour notre développement et notre sécurité. Imaginez, plus de 11 municipalités sur 19 ont peu ou pas de couverture cellulaire au Témiscouata, un service pourtant essentiel ! » ajoute madame Sirois.

Les chiffres démontrent un urgent besoin d’augmenter le niveau de service dans la région. C’est pourquoi la MRC de Témiscouata a répondu à l’invitation du gouvernement visant à s’impliquer activement dans le dossier. En s’appuyant sur de nombreuses recherches, des rencontres et des discussions avec tous les télécommunicateurs actifs au Québec, la MRC a analysé la situation pour se donner une vue d’ensemble claire du dossier des télécommunications.

Rappelons que le dossier des télécommunications fait partie de l’une des 3 priorités identifiées en novembre 2020 par la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL), à la suite d’un processus de consultations tenu à l’initiative de la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, madame Marie-Eve Proulx.

De plus, un comité de travail a été formé au sein du Collectif régional de développement (CRD) du Bas-Saint-Laurent. La TREMBSL et le CRD Bas-Saint-Laurent travaillent de concert sur cet enjeu de taille pour la région.

Coopérative de solidarité du golf du Transcontinental

GolfPohénégamook - Les membres de la nouvelle Coopérative de solidarité du golf du Transcontinental, situé à Pohénégamook, ont tenu une première assemblée extraordinaire ayant pour but d’adopter les règlements qui régiront la nouvelle entité et de choisir les membres qui composeront le conseil d’administration.

 

Monsieur Patrick Blais, de la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ) - Région Bas-Saint-Laurent, a présidé cette assemblée au cours de laquelle les personnes suivantes ont accepté de constituer le premier conseil d’administration de la Coopérative :

 

                                                               - Monsieur René Fortin, président 

                                                               - Monsieur Michel Renaud, vice-président

                                                               - Monsieur Laval Desbiens, trésorier

                                                               - Monsieur Camille Levasseur, secrétaire

                                                               - Madame Carole Rousseau, administratrice  

 

L’assemblée a également donné le mandat au conseil d’administration de recruter et nommer deux (2) membres utilisateurs ainsi que deux (2) membres de soutien afin de compléter la composition dudit conseil, qui doit être composé de neuf membres, selon les règlements nouvellement adoptés.

La prochaine étape sera d’établir un plan stratégique pour les cinq (5) prochaines années. Notons que la Coopérative souhaite que les terrains appartenant au Club de golf soient utilisés sur au moins trois (3) saisons, en y offrant diverses activités de plein air, récréatives et sociales.

Une campagne de recrutement de nouveaux membres pour la Coopérative sera lancée au cours des prochaines semaines.

Pour information, nous vous invitons à communiquer avec M. Raymond Morin, au numéro de téléphone 418 714-7447.

Appel à la mobilisation : Campagne de vaccination covid-19

Voisins solidairesDégelis – La campagne de vaccination massive est maintenant lancée au Québec. Ici au Bas-Saint-Laurent, tout est en place pour commencer la vaccination des 80 ans et plus dans la semaine du 8 mars prochain. La démarche Voisins Solidaires et le Centre d’action bénévole Région Témis, lance un appel à la population pour venir en aide aux personnes de 80 ans et plus, afin de les accompagner dans la prise de rendez-vous pour la vaccination.


Pour plusieurs, le simple fait de prendre un rendez-vous par internet ou par téléphone, sera une tâche ardue. Encore plus quand viendra le temps de se déplacer vers le centre de vaccination. Certains n'ont pas de famille ou d'amis proches pour les aider dans le processus.

Offrez votre disponibilité pour les accompagner dans la prise de rendez-vous par internet et assurez-vous qu'ils auront bel et bien un transport la journée venue. Comme le premier ministre l'a mentionné dans son dernier point de presse, aucune personne aînée ne doit être laissée pour compte à cause de son isolement.

Dans cet ordre d’idée, nous sommes à la recherche de citoyens solidaires qui aimeraient accompagner les personnes de 80 et plus, qui sont seules et isolées, et qui n’ont pas d’autre option pour se rendre à la clinique de vaccination, en leur offrant un transport.

Pour offrir votre aide, contactez-nous au 418 853-2546 et demandez Mélanie Lavoie.

Avec la participation financière du gouvernement du Québec, dans le cadre du programme Québec ami des aînés, Voisins Solidaires est une démarche qui vise à développer la vie communautaire dans les municipalités par des actions concrètes qui favorisent les échanges entre voisins.

Prendre soin de ses voisins, c'est simple comme Bonjour !

Une première rencontre publique pour FabRégion Bas-Saint-Laurent

fabregion visuels groupe carte 2Rivière-du-Loup - Le 10 mars prochain, de 19h à 20h30, FabRégion Bas-Saint-Laurent tiendra une première rencontre publique, en ligne, en lien avec l’autonomie régionale et le projet de recherche appliquée FabRégion Bas-Saint-Laurent. La population des huit MRC du Bas-Saint-Laurent, interpellée par le concept d’autonomie, est donc conviée pour l’occasion.

Bilan un an et tournée des MRC

Le projet de recherche libellé «Co-construire une FabRégion: quelles modalités de coordination pour une transition vers un Bas-Saint-Laurent autonome et connecté?», a pour objectif de développer une gouvernance régionale des dynamiques existantes afin d'accélérer la transition vers une autonomie en agro-alimentation, en production manufacturière et énergétique.

En continuité avec cet objectif, la rencontre publique du début mars cherchera à:

1- présenter le projet, ses porteurs, ses objectifs, ses différentes phases et ses enjeux;

2- faire un retour sur les activités de l’an un, soit du tiers du temps alloué à FabRégion;

3- discuter et échanger sur les préoccupations actuelles;

4- appeler à la mobilisation en vue de la tournée d’automne dans les MRC.

La dernière année a permis de former les différents comités afin de répartir les mandats internes, soit au sujet de la recherche autour de la gouvernance régionale, de la gestion interne, des portraits qualitatifs et quantitatifs, de la mobilisation citoyenne et des communications. «Après une première année consacrée à la structuration du projet, à l’engagement officiel dans le réseau FabCity et au lancement d’un premier chantier autour du portrait régional, on a vraiment hâte d’ouvrir le dialogue avec la population du Bas-Saint-Laurent», ajoute Steve Joncoux, chercheur au LLio et chargé de projet FabRégion Bas-Saint-Laurent.

L’an 2 du projet permettra de créer des ponts entre la communauté et la recherche afin de chiffrer sur le terrain le nombre d’initiatives investies dans une démarche d’autonomie alimentaire, énergétique et manufacturière. La rencontre publique du 10 mars servira de levier pour démarrer ce dialogue à nourrir avec la population.

Une fois cette cueillette d’informations réalisée, l’analyse des résultats sera subséquente lors de la 3 e année. Le tout culminera dans la production du portrait de l’autonomie au Bas-Saint-Laurent pour 2023. Une démarche qui permettra de mutualiser les initiatives et d’optimiser la transition vers l’autonomie régionale.

Les personnes intéressées à participer à cette rencontre doivent s’inscrire à la rencontre Zoom d’ici le 8 mars 16h30 via l’événement Facebook FabRégion Première rencontre publique, disponible sur la page Facebook de l’ensemble des partenaires de la démarche.

À propos

Le projet de recherche FabRégion, financé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), est coordonné par le Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup. Le projet est intimement lié au réseau international de villes et régions FabCity. L’objectif est d’atteindre au moins 50% d’autonomie locale de ce que le Bas-Saint-Laurent consomme dans les secteurs de la production alimentaire, énergétique et des biens manufacturés d’ici 2054, tout en étant globalement connecté pour partager les solutions éprouvées par chacun. Basé sur l’expérimentation et les principes de la coconstruction, le projet permettra de jeter les bases d’une gouvernance régionale pour assurer le déploiement de l’initiative à long terme en favorisant la participation de toutes les parties prenantes de la communauté bas-laurentienne. FabRégion est porté par un collectif de partenaires comprenant le fablab Fabbulle du Cégep de Rivière-du-Loup, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREM), Rimouski en transition, la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBBSL), la Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska (SADC), Économie sociale du Bas-Saint-Laurent, le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRD), le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) et des membres de la communauté citoyenne, dont l’artiste et réalisateur Hugo Latulippe

Achat local : UN MILLION CINQUANTE DEUX MILLE pages visitées sur le site des Saveurs du Bas-Saint-Laurent!

RimoSaveursuski – Le 5 mai 2020,  Les Saveurs du Bas-Saint-Laurent lançaient la campagne promotionnelle « Moi j’investis chez nous ! », visant à faire découvrir les artisans bioalimentaires de notre belle région et favoriser l’achat local sur le territoire. Aujourd’hui, l’Association est fière de constater que les consommateurs du Bas-Saint-Laurent ont clairement répondu « PRÉSENTS ! ».

En ces temps incertains, la population a véritablement pris conscience de l’importance des retombées de l’achat local pour notre économie. Les Bas-Laurentiens ont concrètement exprimé leur volonté d’encourager et de soutenir des entreprises d’ici.

L’Association en quelques chiffres

 

Les Saveurs du Bas-Saint-Laurent soutiennent depuis 23 ans un identifiant régional connu et reconnu qui permet de distinguer facilement les entreprises bas-laurentiennes et de dynamiser l’achat local.

En choisissant des entreprises identifiées par le logo des Saveurs du Bas-Saint-Laurent, les consommateurs d’ici posent un geste solidaire qui a un impact concret sur l’économie locale.

Les Saveurs du Bas-Saint-Laurent, c’est LA référence pour les consommateurs à la recherche de produits de leur terroir. Continuons à acheter local, à découvrir toute la richesse de notre territoire et à soutenir la vitalité de nos précieuses entreprises. Ensemble, investissons chez nous !

Initiation à Zoom!

Logo CDF TémiscouataSaint-Louis-du-Ha!Ha! - Les travailleuses du Centre des Femmes du Témiscouata t’invitent à venir apprendre les bases de l’utilisation de la plate-forme internet ZOOM. Mardi 9 mars à 13 h en présence au Centre des Femmes, 233-2 rue Commerciale, Saint-Louis-du-Ha! Ha! OU via la plateforme zoom de chez-toi si tu es à l’aise (un lien vous sera envoyé par courriel pour participer, quelques clics suffisent, nous pouvons vous accompagner avant la formation au besoin). Une activité gratuite! Bienvenue à TOUTES!

*Toutes les mesures sanitaires seront respectées, le nombre de participantes est très restreint pour les ateliers en présence.

Inscription nécessaire au 418-854-2399

Le Centre des Femmes du Témiscouata est un organisme communautaire qui vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, par l’aide et l’entraide, l’éducation populaire et les actions collectives!

Affiche initiation zoom 9 mars 2021 page 001 003

Journée internationale des droits des Femmes!

image001Saint-Louis-du-Ha!Ha! - Le comité local du 8 mars invite toute la population à une soirée spectacle d’humour en virtuel pour souligner la Journée internationale des droits des Femmes sous le thème : Écoutons les femmes! Voilà l’occasion de rire, faire baisser la pression des derniers mois, s’accorder un moment pour soi et partager ensemble sur les conditions de vie des femmes! Michelle Desrochers, Coco Béliveau et Maude Landry, 3 humoristes talentueuses de la relève, sauront nous divertir et nous faire rire aux larmes! On vous attend lundi le 8 mars de 18 h 30 à 20 h 30 via la plateforme ZOOM (le lien vous sera transmis par courriel après votre inscription). Il y aura également quelques places disponibles en présentiel pour assister à la diffusion du spectacle en direct au BeauLieu Culturel du Témiscouata à Témiscouata-sur-le-Lac OU au Centre des Femmes du Ô Pays à Lac des Aigles. Les mesures de la Santé publique et la distanciation seront respectées.

*L’inscription est obligatoire puisque les places sont limitées autant par zoom qu’en présentiel.

L’activité est gratuite

Bienvenue à toutes et à tous!

Pour inscription et information : 418-854-2399 OU 418-779-2316

CDF affiche 8 mars

Une recherche régionale sur le maintien des aînés dans leur communauté

Visuel RA Aines BSLBas-Saint-Laurent – Dans un exercice sans précédent, le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent (TCABSL), le député de Rimouski, Harold LeBel, la Table régionale des élu(e)s du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) et le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL) s’associent dans un projet de recherche visant à documenter et diffuser les meilleures pratiques favorisant le maintien des aînés dans leur communauté. 

Une recherche et des actions concrètes dans les communautés rurales

Un comité directeur assurera la réalisation concertée de ce projet s’échelonnant sur une année. Grâce au soutien financier de la Fondation Mirella et Lino Saputo, deux agentes de recherche en innovation sociale sont à l’œuvre avec le mandat de réaliser un portrait bas-laurentien, de l’offre de service et des meilleures pratiques d’ici et d’ailleurs favorisant le maintien à domicile des aînés. À l’issue de cette étape, une vaste programmation de recherche et de transformation des services sera proposée pour la période 2022-2026 avec différents projets qui seront adaptés et mis en œuvre à l’échelle des communautés rurales.  

Le Bas-Saint-Laurent représente un milieu propice pour documenter les effets du vieillissement. En effet, 25% de sa population est âgée de 65 ans et plus, plaçant la région au second rang des plus touchées par le vieillissement, après la Gaspésie. Cette proportion devrait même augmenter à 36% en 2041. « Les conditions démographiques qui prévalent au Bas-Saint-Laurent offrent une occasion unique d’étudier les initiatives qui ont été développées dans nos communautés pour favoriser la qualité de vie et le maintien des aînés dans leur milieu. La recherche pourra s’étendre aux meilleures pratiques ailleurs au Québec, au Canada et dans le monde, afin de les présenter aux communautés qui souhaiteront les intégrer », souligne Mme Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Un projet phare pour le Québec

De leur côté, les chercheuses et chercheurs de l’UQAR se pencheront sur les éléments clés des meilleures pratiques, les facteurs favorisant leur déploiement dans les communautés et la manière dont elles contribuent à prolonger le maintien des aînés dans leur milieu. « Les connaissances qui émergeront de ce projet sur le territoire bas-laurentien pourront profiter à l’ensemble de la communauté scientifique intéressée par le sujet, ici comme ailleurs. De surcroît, cette contribution des chercheuses et chercheurs de l’UQAR permettra le développement ainsi que le déploiement d’outils complémentaires pour soutenir l’adaptation des milieux au vieillissement de leur population, un phénomène qui touche la plupart des sociétés occidentales », ajoute M. François Deschênes, recteur de l’UQAR.

Mme Cécile Corbin, présidente de la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent, estime que cette recherche mettra en lumière les initiatives développées par et pour les aînés : « Les aînés ne sont pas des personnes passives, qui attendent que d’autres trouvent des solutions pour les enjeux auxquels ils sont confrontés. Notre organisation a mené une série de consultations au début de l’année 2020 et nous avons constaté à quel point les personnes plus âgées se mobilisent pour mettre en place les services et les activités qui répondent à leurs besoins. Avec la pandémie actuelle, les aînés, en étroite collaboration avec les organismes du milieu, ont organisé des réseaux d’entraide et de soutien qui n’existaient pas auparavant. La recherche permettra de documenter ces initiatives, de comprendre comment on peut mieux soutenir cette mobilisation et partager les bons coups ».

Pour Michel Lagacé, président de la TREMBSL, le fait que la recherche s’intéresse plus particulièrement au milieu rural est extrêmement porteur pour le Bas-Saint-Laurent. « Sur les 114 municipalités que compte la région, 48 ont moins de 500 résidents », explique-t-il. « Et les aînés contribuent largement à la vitalité, à la richesse et au dynamisme de ces communautés. Il faut épauler les municipalités qui travaillent à adapter leur milieu de vie aux besoins de leurs citoyennes et citoyens qui avancent en âge.  Je suis persuadé que cette recherche permettra de proposer des pistes de solution novatrices pour bonifier leur approche du vieillissement des communautés », souligne-t-il.

Le Collectif régional de développement assurera de son côté la gestion administrative et la coordination du projet. « Le CRD est déjà très impliqué dans le développement social de la région, notamment avec l’Alliance pour la solidarité au Bas-Saint-Laurent. L’intégration de ce nouveau projet favorisera la cohésion et le croisement des pratiques visant l’épanouissement des aînés. Les innovations sont nécessaires pour trouver des solutions et le Bas-Saint-Laurent est prêt à les implanter », conclut Bertin Denis, président de l’organisme.

Enfin, rappelons que cet exercice extrêmement novateur s’est structuré dans la foulée du colloque Bien vieillir dans Rimouski-Neigette qui s’est déroulé en octobre 2019 à l’initiative du député de Rimouski, M. Harold LeBel. Organisé par l’équipe du député LeBel, en collaboration avec le Carrefour 50+ du Québec, cet événement réunissant des intervenants socioéconomiques et politiques a eu une portée régionale, permettant de réfléchir sur les différents enjeux menant à la création de ce projet de recherche pour le maintien à domicile des aînés et la vitalité des communautés du Bas-Saint-Laurent.

RELÂCHE 3.0 : Ton kit d'activités pour une semaine survoltée!

Promo Relâche3.0Le Regroupement Acti-Familles, la Maison Des Jeunes Pirana, La petite bouffe des Frontières, la Ville de Pohénégamook, Loisirs Pohénégamook, la municipalité de Saint-Athanase, Comité d'activités de Saint-Athanase, Le Comité Loisirs Saint-Marc et la municipalité de Rivière-Bleue s'unissent pour offrir GRATUITEMENT aux enfants de 5 à 17 ans du Transcontinental un kit d'activités pour la relâche!

Ce kit comprend une panoplie d'activités (arts, sports, sciences, cuisine, etc.) à réaliser seul ou en famille!

CRITÈRES POUR OBTENIR UN KIT :

Vous devez RÉSERVER le kit d'activités auprès d'Acti-Familles, par messenger ou par téléphone au 418-893-5389

LES QUANTITÉS SONT LIMITÉES, FAITES VITE !

Alliance pour la solidarité au Bas-Saint-Laurent : En action pour contrer la pauvreté et l’exclusion dans la région

CRD BSLAu terme d’une année de réalisation au plan d’action, au-delà de 80 initiatives contribuant à soutenir les communautés et personnes en situation de pauvreté ou d’exclusion sociale ont été réalisées ou sont en voie de l’être par les partenaires de l’Alliance pour la solidarité. Ces projets, mis en œuvre dans les territoires de MRC et à l’échelle régionale, sont soutenus grâce à un financement issu du Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS) totalisant 2 016 049 $, dont 1 025 070 $ dans le cadre des Alliances pour la solidarité en collaboration avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Les initiatives, élaborées par les partenaires et personnes impliquées dans la démarche, visent à répondre aux priorités d'intervention établies par le milieu, notamment l’emploi et la formation, l’alimentation, le logement, la santé ou encore l’accès aux services de proximité et la lutte aux préjugés. Aux projets de la présente année s’ajouteront annuellement de nouvelles initiatives, et ce, pour la période 2021-2023. Mentionnons que l’Alliance pour la solidarité au Bas-Saint-Laurent mobilise plus de 200 organisations et instances de tous les horizons socioéconomiques, institutionnels, communautaires ainsi que des représentants de la société civile.

Répondre aux besoins de base des personnes, favoriser leur épanouissement 

Particulièrement au Bas-Saint-Laurent, l’implication des personnes touchées par des situations de pauvreté ou d’exclusion sociale figure au cœur de l’ensemble des actions. Les initiatives en cours de réalisation se veulent diversifiées, structurantes et durables dans les communautés. Mentionnons par exemple :

-       Le développement de projets et services favorisant l’autonomie alimentaire, tels que des partenariats entre maraîchers, agriculteurs et organismes d’aide alimentaire, la distribution de collations en milieu scolaire ou encore l’organisation d’ateliers de cuisine.

-       De l’intervention et du soutien psychosocial dans les offices municipaux d’habitation par l’embauche de travailleurs spécialisés.

-       Des initiatives favorisant l’accès physique et économique à des services essentiels tels que les soins dentaires, les services de transport, l’Internet ou encore à des activités municipales de sports et de loisirs. 

-       Des trousses de dépannage pour des personnes en situation d’itinérance.

-       Des activités de communication adaptées afin d’aider les personnes à se rendre vers les services appropriés pour elles.

Parallèlement à ces initiatives, des projets régionaux sont également en cours de réalisation, notamment une importante campagne de sensibilisation pour déconstruire des préjugés sur la pauvreté ainsi qu’une recherche-action pour mieux valoriser l’implication citoyenne des personnes isolées ou en situation de pauvreté.

« Les projets mis sur pied par les acteurs locaux et régionaux dans le cadre des Alliances pour la solidarité contribuent concrètement à tisser un filet social fort et toujours plus inclusif au sein de la communauté du Bas-Saint-Laurent. Nos partenaires sont sur le terrain et sont donc les mieux placés pour cibler et définir les projets adaptés à la réalité de leurs citoyennes et de leurs citoyens et apporter de l’aide là où elle sera réellement utile. Dans le contexte actuel, il est important, plus que jamais, de s’unir pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale et permettre à tout le monde d’avoir sa place dans la société québécoise, que je souhaite égalitaire pour tous », souligne M. Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

Le président du Collectif régional de développement, organisme mandataire de l’Alliance pour le Bas-Saint-Laurent, considère que la mobilisation des organisations contribuera à faire une différence significative en matière de développement des communautés. « Nos plans de travail sont le reflet d’une volonté commune d’agir pour le développement social et le mieux-être des gens qui habitent notre territoire. C’est important, alors que la crise sanitaire peut contribuer à amplifier les situations de pauvreté ou d’isolement. Nous travaillons avec les personnes concernées par les défis afin de mettre en œuvre des solutions durables, développer un tissu social fort et des milieux toujours plus inclusifs », souligne Bertin Denis. 

Faits saillants

-       L'Alliance pour la solidarité au Bas-Saint-Laurent est une concertation régionale qui s'inscrit dans le cadre du Plan d'action gouvernemental pour l'inclusion économique et la participation sociale (PAGIEPS).

-       Le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent est mandataire régional de l'Alliance. Les MRC coordonnent les démarches locales qui incluent des organismes et instances de tous les horizons socioéconomiques et communautaires.

-       Les actions sont financées par le Fonds québécois d'initiatives sociales (FQIS), dans le cadre des Alliances pour la solidarité en collaboration avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Le financement accordé à l’Alliance pour la solidarité prévoit qu'une somme totale de 6 M$ en provenance du Fonds québécois d'initiatives sociales (FQIS) sera distribuée au Bas-Saint-Laurent jusqu'en mars 2023 pour soutenir des projets novateurs initiés par les acteurs locaux et régionaux.